Le transport maritime international bon marché pourrait sauver les petites entreprises marocaines

Marine Marchande
Typography

Les perturbations et les incertitudes dues à la pandémie de coronavirus frappent l'économie marocaine de plein fouet. L'économie se contracte, les exportations diminuent et le chômage augmente. Malgré ces indicateurs déprimants, il existe une source de potentiel inexploité que le pays peut explorer : Le commerce électronique.

Le Maroc dispose d'un solide secteur national de commerce électronique, avec une myriade de plates-formes et de marchés en ligne. Le nombre d'internautes au Maroc a atteint environ 25 millions en janvier 2020, et les paiements par carte de crédit sont de plus en plus populaires.

Cependant, l'expansion du commerce électronique à l'étranger se heurte au coût élevé des services de transport maritime international. Ces derniers découragent les exportations de petits colis du pays, tendance dominante sur le marché du commerce électronique.

Il n'est pas nouveau que les détaillants chinois proposent une grande variété de produits en ligne à un coût abordable. Mais ce qui les rend si compétitifs sur le marché mondial, ce sont leurs services d'expédition internationale bon marché.

Le commerce électronique chinois bénéficie d'une industrie du transport maritime efficace. Cet avantage permet aux clients d'acheter davantage dans les magasins chinois en ligne à un coût moindre. De nombreux consommateurs sont prêts à attendre plusieurs semaines pour recevoir leurs marchandises, à des milliers de kilomètres de chez eux, même si le même produit est disponible dans les magasins locaux.

Le défi auquel est confronté le secteur du commerce électronique au Maroc

Le Maroc dispose d'un secteur du commerce électronique dynamique, en pleine croissance, innovant et adapté au consommateur marocain. Toutefois, le secteur est principalement local. Il existe de nombreux produits nationaux passionnants et de l'artisanat original qui pourraient se vendre comme des petits pains, si seulement le coût global était réduit. L'industrie marocaine du commerce électronique pourrait y parvenir non pas en siphonnant le profit des artisans, mais en offrant différentes options d'expédition.

Pour illustrer l'ampleur du problème : si vous souhaitez vendre en ligne un portefeuille en cuir authentique de 10 dollars à un client français, les frais d'expédition augmenteront considérablement le coût total. Si nous supposons que le client choisit l'option de livraison la moins chère, il ajoutera pas moins de 24 dollars au coût total, pour la seule livraison.

Pour être juste en ce qui concerne les services d'expédition, le coût élevé de la livraison a un sens lorsqu'il faut moins d'une semaine au consommateur pour recevoir un produit de l'étranger. Néanmoins, le client devrait avoir la possibilité de choisir un service d'expédition plus lent à un coût réduit.

Lorsque le client est confronté à un coût supplémentaire élevé, la réaction la plus probable est de renoncer à l'idée d'acheter ou, au mieux, d'acheter moins.

Améliorer le transport maritime à l'étranger : Une entreprise difficile mais précieuse

En pratique, réduire le coût du transport maritime à l'étranger n'est pas une tâche facile. La Chine a longtemps investi massivement dans les infrastructures pour maintenir le coût du transport de marchandises au minimum. Et il ne s'agit pas seulement de logistique : En 2011, la Chine a signé un accord avec les États-Unis pour accorder aux petits paquets, appelés "ePackets", un tarif inférieur à celui du transport international traditionnel.

Le Maroc présente de nombreux éléments qui favoriseraient une adaptation réussie de la livraison au service du commerce électronique. Le royaume n'est qu'à 14 kilomètres de l'Europe, et il est profondément enraciné en Afrique. La position géographique stratégique du Maroc pourrait réduire considérablement le coût du transport maritime international.

Les compagnies de transport maritime locales et internationales devraient mener des études de marché pour évaluer les problèmes et les possibilités. Il est essentiel d'obtenir des informations sur l'expérience des vendeurs et des acheteurs potentiels en matière d'achats en ligne, afin de réformer les procédures pour répondre à leurs besoins. En outre, étant donné les circonstances délicates d'aujourd'hui, le gouvernement devrait jouer son rôle pour aider les entreprises à exporter davantage de produits locaux vendus en ligne.

La crise économique, une opportunité de réforme

Actuellement, alors que le tourisme étranger est au point mort, les touristes peuvent toujours acheter leurs produits marocains préférés chez eux. Les millions de personnes qui ont visité le Maroc dans le passé peuvent être des clients potentiels. Ils pourraient constituer une source de revenus indispensable pour maintenir les petites entreprises à flot.

La réduction du coût du transport maritime mondial profiterait non seulement aux entreprises, mais aussi aux consommateurs marocains désireux de retourner les marchandises endommagées. Avec le coût élevé de l'expédition, il est presque impossible pour l'acheteur de renvoyer un produit non désiré pour obtenir un remboursement, surtout lorsque le prix de la valeur du produit est inférieur aux frais de retour. Payer pour retourner un article est un problème en soi.

Le commerce électronique pourrait représenter une source de revenus régulière pour les petites entreprises marocaines, y compris celles qui vendent des produits artisanaux traditionnels. Les plateformes en ligne ne sont pas nouvelles sur le marché marocain ; elles sont disponibles et faciles à utiliser. Le problème majeur est un système de livraison mondial coûteux, qui désavantage les détaillants locaux. Au sortir de la crise COVID-19, le Maroc pourrait se concentrer sur ce problème et transformer une situation difficile en une opportunité.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir