La côte de Safi, centre historique de commerce, possède un riche patrimoine archéologique sous-marin

Science
Typography

Les archéologues marocains ont fait de nouvelles découvertes sous-marines au large de Safi, une ville située sur la côte atlantique du Maroc.

L'Association marocaine pour la recherche et la protection de l'archéologie sous-marine a fait ces découvertes. Le membre fondateur et vice-président Redouane Bourga a déclaré aux médias d'État marocains que les découvertes pourraient remonter au IIe siècle avant J.-C. ou même entre 2700 et 900 avant J.-C., à l'âge du bronze.

L'association archéologique basée à Safi espère que ces découvertes permettront de mettre en lumière la cité perdue de Tighaline. Les archéologues visent à déterminer les limites de la ville submergée, vieille de plusieurs siècles, et la façon dont ses habitants vivaient.

Bourga a expliqué à la presse que la côte de Safi regorge d'un patrimoine archéologique varié et de trésors archéologiques sous-marins. Les archéologues du Maroc ont déjà largement exploré la région, mais travaillent encore à faire de nouvelles découvertes liées à la ville sous-marine de Tighalin.

L'Association marocaine pour la recherche et la protection de l'archéologie sous-marine a de nombreuses découvertes à son actif.

L'association a découvert une épave militaire sous-marine au large des côtes de Safi et un bateau à vapeur britannique naufragé, submergé près d'Agadir. L'association pense que le "Baynyassa SS" britannique s'est échoué durant l'été 1918 au large de la plage de Sidi Toual, à 15 kilomètres au sud d'Agadir.

L'association a également découvert les canons du Sekkala de Safi et l'endroit où le navire "Nicolas Paquet" s'est échoué au Cap Spartel, près de Tanger.

A trente kilomètres de Safi, au Cap Beddouza, l'association a découvert des ossements humains fossilisés de la tribu Ain El Moucha et des grottes préhistoriques. L'équipe d'archéologues marocains a également trouvé les restes d'un navire de guerre de plus de quatre siècles dans la même région.

L'association milite pour la protection de ces trésors archéologiques, arguant que leur préservation est essentielle au patrimoine national du pays.

La ville sous-marine de Tighaline, en particulier, suggère une richesse civilisationnelle ancestrale que le Maroc n'a pas encore pleinement réalisée. D'autres découvertes archéologiques dans la région permettront de consolider Safi en tant que ville historique qui a autrefois fonctionné comme un centre commercial essentiel entre l'Afrique et l'Europe.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir