Le Maroc va investir 1,4 million de dollars dans l'aquaculture du Souss-Massa

Pêche
Typography

Les responsables de Souss-Massa se sont réunis la semaine dernière à Agadir, dans le sud-ouest du Maroc, pour discuter d'un nouveau projet d'aquaculture.

Ce nouveau projet prévoit la création d'une usine de conditionnement et d'unités de valorisation des produits aquacoles à Imi Ouaddar.

Le projet nécessiterait un budget global de 13 millions de dirhams (1,4 million de dollars) et produirait plus de 9 000 tonnes de coquillages et d'algues par an, créant quelque 25 emplois directs.

Le nouveau projet s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du Maroc visant à promouvoir et à développer l'aquaculture, une industrie en pleine expansion dans le Souss-Massa. La région compte plus de 4 000 hectares consacrés à la production aquacole, répartis en quatre zones.

Le Souss-Massa compte actuellement une vingtaine de projets d'aquaculture en cours de développement, notamment la conchyliculture à Imi Ouaddar, Imsouane et Tifnit, et la culture d'algues à Sidi Rbat.

L'aquaculture au Maroc remonte à plus de six décennies.

En 1956, un ostréiculteur français a créé le premier parc ostréicole à Oualidia, à 176 kilomètres de Casablanca. Depuis lors, le Maroc a investi dans le secteur.

La majorité des projets aquacoles marocains se situent le long de la côte, ce qui fait de la région du Souss-Massa et des villes côtières proches d'Agadir des lieux privilégiés pour les nouveaux développements de l'industrie.

Le 7 février 2020, le roi Mohammed VI a inauguré un nouveau quai de pêche à Imourane, près d'Agadir. Un projet similaire a également bénéficié à la ville de Gourizim, près de Tiznit dans la région du Souss-Massa.

L'investissement le plus récent dans l'aquaculture marocaine a eu lieu en mai. Les Pays-Bas et la Norvège ont contribué à hauteur de 2,5 millions de dollars à un projet lancé par le Maroc le 30 avril pour promouvoir l'industrie de la pisciculture du pays.

Bien qu'elle ne se trouve sur aucune côte, la région centrale de Beni Mellal-Khenifra fait partie des régions du pays qui ont bénéficié d'investissements dans l'aquaculture, d'autant plus que l'agriculture traditionnelle souffre des effets de la sécheresse.

En août, le directeur technique d'une importante société d'aquaculture opérant dans la région a expliqué que les atouts de la pisciculture comprennent des réservoirs de barrage plus propres, ce qui améliore la qualité de l'eau pour l'irrigation et favorise la production de tilapia au profit des consommateurs locaux.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir